mardi 15 octobre 2013

Naître et puis renaître...vidéo d'éveil



 
Orlando Hernandez Yanes
En voyant cette vidéo, ce matin, je n’ai pu contenir quelques larmes au moment où le bébé sort du ventre de sa mère. Déjà, tout le périple, la puissance du processus de création m’a laissée admirative mais la poussée de l’enfant pour venir au monde a suscité des souvenirs et mis en évidence le fait que cet épisode ait été violent, interprété d'une façon erronée. La naissance par elle-même, est un processus qui pourrait être comparé à l’âme qui vient avec ses rêves et se trouve confrontée à la réalité du monde. Être un esprit immense qui vient s’engoncer dans un corps minuscule, représente déjà un exploit en soi. Ensuite, on passe neuf mois dans la chaleur, la sécurité, la fluidité où tous nos besoins vitaux sont nourris naturellement, puis vient le moment de sortir de ce nid douillet. Là, on a les poumons déchirés, on est aveuglé par la lumière, la douleur est amplifiée par la claque sur les fesses, je passe les détails des éventuels « incidents » qui sont en soi une façon ironique de dire ; Bienvenue sur terre ! Puis ensuite, on va chercher à retrouver ce confort, cette sensation d’être aimé sans conditions, nourri, protégé, fusionné...




Ma réaction à cette vidéo me montre que je n’ai pas encore tout à fait digéré mon passé et que la nostalgie du foyer est encore présente. C’est une chose « positive » en soi pourvu que ça n’amène pas à rejeter ma vie actuelle et ses conditions. Se souvenir du foyer, de notre origine véritable permet de retrouver la mémoire de qui nous sommes en vérité.

L’épisode d’hier me révèle que je suis encore dans la peur d’être abusée et que celle-ci conditionne mon présent. Le voisin qui devait m’amener le poêle, n’a pas donné signe de vie. J’ai préféré « travailler » sur la peur plutôt que d’aller lui faire remarquer qu’il ne tenait pas sa parole. Pour libérer le rôle de la victime, il me faut relâcher les peurs et la pression. Plus je vais croire que le monde m’en veut et plus celui-ci va se comporter en agresseur. Par contre, si j’accueille tout ce qui vient en moi, le sentiment de ne pas être respectable, la peur d’être trahie, la déception face au comportement des autres...j’ai de grandes chances de faire grandir l’amour de soi qui pallie tout. Les autres me traitent exactement comme je me traite et le « retour » sera favorable. Je le vérifie à chaque fois. Dès que je cesse de me critiquer, de m’en vouloir, de me forcer à faire quelque chose par peur, une situation difficile s’arrange.
S’abandonner en confiance à son âme, n’est pas évident et bien souvent, on veut gagner les choses par des efforts, des luttes, des revendications qui ne font qu’affirmer notre impuissance, notre sentiment d’illégitimité. Si on fait confiance au divin intérieur, si on s’abandonne au courant de la vie, si on relâche la pression que l’on se colle croyant bien faire, on peut alors se laisser inspirer pour faire exactement ce qui est adapté, ce qui correspond à nos vrais besoins et ainsi être nourri, comblé.
On pourrait croire qu’il nous faille lutter pour survivre à l’image du bébé qui semble déployer toute son énergie pour s’extraire du ventre de sa mère. Mais c’est la connexion à sa mère qui l’amène à suivre ce mouvement, c’est le fait qu’il soit en communion, qu’il soit UN avec elle. Il se laisse porter par les contractions et c’est la confiance de sa mère dans le processus de la naissance, son amour, son désir de voir le fruit de ses entrailles sortir, qui  facilitent cet accouchement.
Quand on retrouve la connexion à son âme, et qu’on s’abandonne en toute confiance en son énergie, son mouvement, la vie devient facile à mesure qu'on sort du conditionnement du mental basé sur l’instinct de survie, le besoin de lutter, de « gagner sa vie ». 

Kinuko Craft

Il est clair que ça demande de redevenir comme une enfant dans le sens où il nous faut libérer nos vieilles croyances, lâcher nos conditionnements, tout ce que nous avons cru vrai toute notre vie, renaitre à notre vraie nature. Mais quand on fait confiance à son cœur, quand on a l’humilité de reconnaître nos « erreurs », de voir que tout ce que nous avons cru était faux, on peut accueillir la vérité du monde divin. Le mental résistera un temps mais au bout du compte, il finira par apprécier d’être libéré de la peur. Toute la résistance dont il fait preuve un temps, c’est une forme de bienveillance, il veut que nous soyons sûre d’être capables de nous prendre en main. Comme il ne peut pas comprendre que le lâcher prise soit la solution à tous les problèmes, il a besoin de preuves pour s’abandonner au processus. Son rôle étant de nous « protéger », il semble logique qu’il veuille s’assurer que nous n’allons pas à notre perte. Evidemment si on l’accuse d’être un empêcheur de tourner en rond, il risquera de se défendre légitimement. Mais si on le voit pour ce qu’il est, un genre de gardien, qui met en place des stratégies de survie, et qui a un grand potentiel, un rôle important dans le processus de création, il ne tardera pas à coopérer. Il aura toujours le rôle de protecteur selon son mode de fonctionnement mais si on ne cède pas il finira par ce soumettre à notre choix de suivre l’inspiration de notre âme.
On a toujours agit an pensant que c’est par la prévoyance, le contrôle, selon notre vision de la réalité, que nous pouvions avancer mais le mental ne peut concevoir la façon de faire du cœur. Il ne peut imaginer ce que sera le futur et ça représente sa plus grande peur. Pourtant avec du recul je peux constater qu’à chaque fois que j’ai choisi de faire confiance à l’inspiration de mon cœur, je ne l’ai jamais regretté. C’est dans ces moments là que la magie, que les miracles surviennent. Agir à partir de la peur, c’est entrer en lutte contre l'intérieur et l’extérieur, se défendre et au bout du compte, il y aura un perdant et un gagnant. Mais quand on se laisse guider par le cœur il nous amènera sur un terrain où tout le monde sera gagnant.
Faire confiance à son âme, c’est accepter de ne pas « voir » l’issue d’un problème, de ne pas savoir comment celui-ci sera résolu. Il nous faut juste focaliser notre attention sur la certitude que la solution est là et que celle-ci sera la meilleure pour nous. Puisque nous créons notre vie, nous avons toujours la solution à un problème donné. La capacité de répondre à la question mais ce n'est pas le mental qui le fait. L’abandon, c’est croire que le monde de la dualité est en fait un monde d’équilibre et d’unité et que chaque énergie porte son contraire. La source c’est l’unité de tout ce qui est, nous portons cette même énergie. Nous avons donc en nous tous les potentiels.
Par expérience, je constate que c’est l’amour de soi qui permet la manifestation du divin intérieur. Avoir confiance en cette part invisible mais néanmoins éternellement présente, nous ouvre à cette énergie puissante qui peut tout réaliser. 

source inconnue

L’ouvrier du quartier qui s’occupe des réparations des locataires, est enfin venu pour changer l’évier. C’est le chantier dans l’appart parce qu’il a dû commencer par casser le vieil évier pour mettre le nouveau. (Là encore, la situation reflète bien le monde intérieur!) Les artisans des années 50 travaillaient tellement bien qu’il lui a fallu trois heures pour achever cette première phase ! Tout était renforcé, posé au millimètre près, rien à voir avec les matériaux actuels non plus ! Je ne suis pas du genre à regretter le passé mais il est vrai que le savoir faire, l’amour du travail bien fait, est une notion peu valorisée de nos jours où on favorise plutôt le vite fait, mal fait. Pourvu que ça coûte le moins cher possible! Or il faut du temps, de la patience, de l'amour pour donner le meilleur de soi-même. On utilise des matériaux volontairement conçus pour avoir une faible durée de vie, pour vendre toujours et encore. L’humain a besoin de changer souvent de décor, de paysage pour ne pas se lasser. Il s’imagine que l’extérieur créé son bonheur, que le "faire" et l’"avoir" déterminent sa valeur. Tout nous incite à croire en ces fausses vérités, à moins d’être à l’écoute de son cœur. Malheureusement il nous faut atteindre un certain degré de souffrances pour abandonner nos certitudes, nos comportements basés sur la lutte, la peur. Il nous faut vivre un profond échec pour constater que la voie de l’intellect, du contrôle ne nous mène pas au bonheur. Cette situation de chantier qui m’oblige à faire la vaisselle dans la salle de bain est un excellent moyen de mesurer ma capacité à lâcher prise. Je ne suis pas fanatique du ménage mais j’ai tout de même constaté que j’avais besoin d’ordre pour me sentir à l’aise. J’apprends à faire les choses par amour et non plus pour répondre à une peur et comme ce qui se vit à l’extérieur reflète notre monde intérieur, le fait d’être en chantier et de sentir comment je le vis, m’aide à voir comment j’accepte les choses qui me dérangeaient avant. Je peux voir si je suis effectivement capable de m’adapter à quelque chose qui bouleverse mes habitudes, mon train-train. On se protège par des rituels, une façon d’ordonner l’espace, des horaires réguliers de façon à se sentir en sécurité et si quelque chose vient perturber nos repères, nous sommes perdus, déboussolés. Nous protégeons bec et ongle, notre espace vital croyant que notre survie en dépend mais si on considère les choses du point de vue divin, nous sommes en sécurité dans notre cœur, quand notre divinité peut se manifester, quand nous l’autorisons à le faire. La paix que procure le lâcher prise est la meilleure des « protections ». Quand je suis dans l’amour de moi, la présence de mon âme me donne toute l’assurance dont j’ai besoin pour être qui je suis, sans avoir besoin de me justifier, de prouver ma valeur. Car finalement, c’est le fait de douter de soi qui amène à suivre des stratégies de défense, qui sont la manifestation de la peur. Accueillir la peur nous en délivre.

Laura Csajagi

Voyons si j’arrive à vivre ce que je pense, à appliquer ce lâcher prise en toutes circonstances. Je sais que tout vient de moi, c'est-à-dire que ce que je perçois est déterminé par mes croyances. Celles-ci se fondent soit sur la peur, soit sur l’amour de soi. Je sais maintenant déceler la peur en moi et que chaque réaction est un comportement issu du mental. En écoutant les sensations de mon corps physique, en repérant les crispations à un moment donné, je peux voir que ça correspond à une peur, une émotion mal gérée. Le « bon » réflexe, c’est de me poser, de me calmer et de sentir l’émotion qui surgit sans faire travailler le mental. Comme je ne sais pas le faire taire, je peux au moins ne pas le suivre, l’écouter. En respirant calmement, en profondeur, et en appelant le divin intérieur à diffuser l’amour et la lumière, la situation trouvera une issue favorable. Mon seul effort c’est de faire confiance à ce processus et de stopper l’ancien réflex, la réaction. Puisque seule l’acceptation de ce qui est, permet le changement, le fait d’avoir l’humilité de reconnaître que ma personnalité humaine est dépassée, me place en position d’ouverture, de réceptivité et le divin intérieur peut alors agir. 

Bon, je vais le laisser dissoudre les crispations de mon plexus solaire en faisant une séance de relaxation. Le mur qui s’était érigé s’effrite peu à peu et ce constat me motive à continuer d’avancer dans la direction de l’amour de soi, de la confiance aveugle à mon âme. Ce principe d’amour aveugle appliqué à la relation de couple est ce qui la détruit, mais avec l’âme, c’est la meilleure façon de lui prouver qu’on sait qu’elle nous aime, qu’on lui fait confiance puisqu’elle sait ce qui est bénéfique pour notre progression.
Je respire profondément tout en écrivant et déjà, j’ai repéré une crispation qui se dilue peu à peu.

« Chère âme, je remets en tes mains toutes mes peurs du moment, je m’abandonne en ton amour, ta bienveillance. J’appelle tout ce que je suis à se réunir, à former la ronde d’amour qui canalise les énergies masculine et féminines unifiées. »

Je ne sais pas du tout comment se passera cette journée mais je place ma confiance en ma foi en l’humain divin. Je ne cherche pas à anticiper puisqu’en général, ça ne fait qu’empirer les choses. Si je planifie selon les connaissances du mental, qui se réfère au passé, je vais reproduire une situation défavorable puisque je n’ai pas trop de références positives. Ma relation aux hommes, en général a plutôt été basée sur la peur, me poussant à être sur la défensive et à induire un esprit de compétition, de lutte. De plus, je risque d’être paniquée, puis déçue, si ça ne se passe pas comme je l’ai prévu. Alors, je respire la confiance en soi et je saurais ce soir si j’ai fait le bon choix. En attendant, j’ai besoin d’accueillir les émotions suscitées par la vidéo. La nécessité de libérer les fausses croyances, dont celle qu'il faille lutter pour vivre, appelle à être embrassée!

10h, le poêle est installé.

6 commentaires:

  1. Rien ne part de combinaisons mais de l'Intelligence. Chaque geste, pensée, action, de chaque instant est La Naissance éternelle.
    Le chevalier qui, consumé par la Passion, traverse le Sublime dans sa splendeur innocente ne s'arrêtera jamais d'aimer.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luc,
      J'avoue que ma première réaction à la lecture de tes mots à été "oh la! c'est bien trop métaphorique pour moi!" Puis comme je suis à me dire qu'il est nécessaire de simplifier et de préciser le sens de son vocabulaire afin d'être clair et compréhensible, ce qui m'a motivée à publier ton commentaire, c'est mon goût pour la liberté d'expression et la richesse des différences, la singularité de chacun. De plus, ce qui est écrit ici s'adresse à tous et pas uniquement à moi. Quelque fois même, c'est le besoin de s'affirmer qui pousse un lecteur à s'exprimer, donc tout est bien.
      Pour ta première phrase, selon ma façon de comprendre, je ne suis pas tout à fait d'accord. Tu parles de combinaisons mais je dirais plutôt fusion entre tous les corps. Pour aimer, il faut qu'il y ait au moins"deux" afin que l'énergie circule. Que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur. Pour créer, c'est la même chose, un geste nait de l'accord mental/physique et émotionnel, une pensée de la personnalité et de la conscience...Peut-être que nous exprimons finalement la même chose...
      Belle jour-née, Lydia

      Supprimer
  2. Oui, merci Lydia d'avoir publié mon texte pour le moins emphatique ( de toute façon, je suis quelqu'un qui m'exprime avec emphase ). En fait, je parlais plutôt d'énergie dans mon texte, d'énergie en soi, indépendamment de tout, d'être l'énergie pure. Alors oui, bien sûr, les interactions s'imposent, mais je voyais plûtot la genèse, le commencement - le premier pas est le dernier pas - et l'amour n'a pas besoin dêtre aimé.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luc,
      La lecture de ton commentaire m'a encore fait sourire quant tu dis "mon texte", 2 phrases!
      Ce n'est pas de la moquerie mais juste la constatation que les hommes en général, sont peu loquaces! Les femmes ont beaucoup plus l'habitude d'exprimer ce qu'elle ressentent et pensent. C'est donc de ta part, un effort notable.
      Sinon pour le contenu, je pense qu'on est d'accord mais le piège dans cette façon de voir, qui a longtemps été la mienne, c'est que ça impliquerait qu'on peut se suffire à soi-même, mais quel ennui!
      Or, la vie, c'est mouvement, entre inspir et expir, l'interaction est essentielle. Même dans l'univers, il y a du contraste; brillance des étoiles et "noir"ou encore dans les autres dimensions, il y a progression, donc élévation, mouvement. La loi d'attraction est universelle.
      L'amour n'a pas "besoin" d'être aimé, il vibre de toute façon, circule et je pense que c'est son état de se diffuser, de rayonner mais pour réfléchir, il faut bien qu'il se "heurte" à quelque chose.
      Débat intéressant puisque si nous nous incarnons c'est pour manifester l'amour et être en interaction afin de l'amplifier, de participer à son rayonnement...En commençant par le faire circuler à l'intérieur, dans tout nos corps puis le but, c'est tout de même l'unité, avec le soi, les autres et la source.
      Tout comme notre "départ" de la source, il y a eu mouvement, nous nous sommes extraits du bain d'amour cosmique et y retournons en amplifiant notre amour/lumière intérieur. Enfin c'est ma foi.
      Au plaisir de te lire, Lydia

      Supprimer
  3. La félicité et l'autosatisfaction sont deux choses radicalement différentes. La première conduit à la fluidité relationnelle avec tout, la deuxième à l'enfermement qu'autosuggère une vue limitée et restrictive.
    Pour exemple, je suis quelqu'un qui connaîs tous les voisins de mon immeuble, mais, non content, sais établir de vraies relations amicales plus ou moins élaborées en fonction de la nature et du fonctionnement de chacun. Cela veut dire que j'écoute, ressens et ensuite transmets. C'est un partage vivant et non juste un bonjour de circonstances pour faire propret jeté à l'arrache et en rasant les murs pour mieux continuer à patauger dans les névroses.
    La vie, quoi !
    Merci Lydia.
    Luc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Luc,
      C'est agréable de voir que tu dévoiles un peu plus ta personnalité!
      Quand à l'autosatisfaction, il y a certains jours où je m'en contenterais, non pour l'étaler mais pour me sentir plus à l'aise dans mes godasses.
      Pour ce qui est du bonjour, il m'arrive de préférer ne rien dire plutôt que de faire semblant.
      On n'est pas "obligé" d'avoir toujours le sourire, d'être aimable et d'aller vers les autres.
      Un simple hochement de tête suffit à reconnaitre la présence de l'autre et c'est suffisant pour maintenir la relation.
      Je te trouves bien radical quand même "partage vivant ou pataugeage dans les névroses"
      Tant qu'on se respecte et qu'on respecte l'autre, après, chacun est libre de vivre et de s'exprimer comme il le veut. Enfin c'est ma "philosophie" :)
      Bonne soirée.
      Lydia

      Supprimer

Merci de partager votre ressenti dans le respect mutuel.
Puisque nous sommes UN, ce qui est dit ici, s'adresse aussi à son auteur.